L’Association Togolaise pour le Bien-Etre Familial (ATBEF) a réalisé l’analyse situationnelle de l’accès aux services de Santé  de la Reproduction (SR) et de Planification Familiale (PF)au sein de l’Université de Lomé (UL).

L’enquêtea portésur un échantillon de 1376 étudiants  dont 639 femmes et 737 hommes de 13 facultés et écoles de l’UL du 23 au 27 novembre 2015. La majorité desenquêtés se situe dans la tranche d’âge de 20 à 24 ans

L’étude révèle entre autre que 78,6% des étudiants discutent du sexe entre eux ;  66,2% ont  déjà eu des rapports sexuels dont 8, 6 % avant 15 ans. Les raisons pour lesquelles les étudiants utilisent les méthodes contraceptives varient d’un étudiant à un autre, pour 89% c’est pour éviter la grossesse et 73,9 % pour se protéger contre le VIH/SIDA.

A l’issue de cette enquête, l’ATBEF a fait plusieurs recommandations à l’endroit des étudiants, du corps enseignant, des différentes structures de l’université et des ministères en charge de l’enseignement supérieur et celle de la santé. Lesdites recommandations mettent principalement l’accent sur la promotion de la santé et de la reproduction à tous les niveaux avec l’implication des apprenants et de leurs encadreurs.

Cette enquête  dont la dissémination du rapport s’est déroulée le 6 mai 2016 à l’Université de Lomé,en vue de  son appropriation par  la communauté estudiantine et universitaire  ainsi que les partenaires techniques et financiers mais aussi à faire partager les résultats. Elle vise à  identifier les déterminants de l’accès des étudiants aux services  de Santé  de la Reproduction et de Planification Familiale.