Le lancement officiel des «projets d’appui à l’organisation et à la structuration des acteurs de la filière maïs et riz au Togo » s’est tenu le jeudi 24 Août 2016 à Lomé. Cette rencontre organisée par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique, avec l’appui de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la politique agricole de l’UEMOA.

Elle vise à familiariser les acteurs concernés et les partenaires avec le contenu de la stratégie d’intervention desdits projets pour une mise en œuvre efficace.

Le Togo a, dans la dynamique de ses actions pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle à la population, mis sur pied deux projets. Lesdits projets lancés ont regroupé les acteurs clés et les partenaires. La rencontre a permis aux participants de prendre connaissance des contenus de la stratégie d’intervention dans le cadre de ces projets.

Ils sont organisés autour de trois composantes à savoir : l’appui à la structuration des acteurs des filières maïs et riz, le renforcement des capacités de gouvernance des acteurs des organisations professionnelles des deux secteurs, la coordination-gestion et capitalisation des résultats.

Ces projets visent à améliorer les performances des filières maïs et riz par une intensification de la production, de la transformation et une optimisation de la mise en marche. Ils contribueront également à la création d’un cadre solide permanent et robuste de dialogue à partir de la structuration qualitative des membres des différents maillons des chaînes de valeur.

En effet, le Togo a enregistré des progrès sensibles en matière de sécurité ali-mentaire. L’amélioration et l’augmentation de la production ont permis de passer d’un bilan céréalier déficitaire de l’ordre de 13% entre 2005 et 2008 à un bilan excédentaire de plus de 13% entre 2009 et 2012 pour s’établir à plus de 16% en 2015. Les excédents céréaliers dégagés sont passés de 32.500 tonnes en 2009 à 126.617 tonnes en 2013, soit une augmentation de 289,5% en huit (8) ans. Ce qui a permis au Togo de réduire de moitié la prévalence de la sous-alimentation de 32,8% à 16,5% entre 1990 et 2012, lui valant la récompense de la FAO au cours de sa 38e conférence à Rome, en juin 2013.

En lançant les travaux, le représentant du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique, Dr Koffi Gbe¬togbé, a rappelé que l’agriculture occupe une place importante dans l’économie du pays car, elle fait vivre plus de 2/3 de la population, puis contribue à plus de 40% au Produit Intérieur Brut (PIB), avec plus de 20% des recettes d’exportation. Il a rappelé qu’elle demeure l’un des principaux leviers pouvant influer durablement sur la croissance économique. «C’est dans cette optique que la nouvelle politique agricole vise à faire de ce secteur, une force d’exportation, afin de contribuer à rééquilibrer la balance commerciale», a laissé entendre M. Gbetogbé.

Le conseiller au bureau de la représentation de la Commission de l’UEMOA au Togo, M. Bertin Comlanvi a, pour sa part, salué l’initiative d’information et de sensibilisation de tous les acteurs. Il a relevé que l’UE-MOA, dans la mise en œuvre de sa politique agricole, a voulu apporter un soutien particulier aux filières stratégiques qui sont le maïs et le riz au niveau national et sous régional. M. Comlavi a renouvelé l’engagement de son institution à soutenir le Togo dans son développement économique et social pour la réduction de la pauvreté.