Amnesty International Togo a procédé le 13 décembre 2016,  au lancement officiel du projet « jeunes acteurs de la réconciliation : l’éducation à la citoyenneté et aux droits humains au service de l’unité nationale», à Lomé. Ce projet sera exécuté avec l’appui de l’Union Européenne.

Le projet est une phase pilote vers la mise en place d’un programme d’enseignement sur les droits humains et la citoyenneté dans les écoles et centres d’apprentissage du pays en proposant des exemples de contenu et d’initiatives prises par les jeunes eux-mêmes. C’est également une contribution en réponse aux recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).

L’Education aux Droits de l’Homme (EDH) a été identifiée comme un moyen utile pour lutter efficacement contre les violations des droits humains. La mise en œuvre de cette recommandation est un facteur catalyseur pour l’effectivité de la réconciliation et la lutte contre l’érosion de la conscience citoyenne et démocratique qui touche autant aux valeurs qu’aux règles de vie en communauté. Ainsi, les écoles, les centres d’apprentissages et les jeunes qui les fréquentent deviennent des canaux importants pour proposer un modèle de citoyenneté basée sur le respect de la dignité humaine, des valeurs de tolérance et des droits de l’homme.

Afin d’imprégner les jeunes en tant que futurs éducateurs/trices et défenseurs/ses des droits humains et de la réconciliation, le projet vise selon le Directeur Régional d’Amnesty International M. Aliou TINE, à contribuer à l’édification de la réconciliation et à lutter contre l’impunité en soutenant le travail du HCRRUN à travers un programme d’éducation à la citoyenneté et aux droits humains en milieu scolaire et au sein des communautés locales.

Le projet a été lancé par M. DJATO Kanda, Directeur de la Formation civique représentant du Ministre de la Culture, en présence du Chef de la délégation de l’union Européenne M. Nicolas Martinez BERLANGA.