Le ministère de l’Economie et des Finances a organisé avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), un atelier de publication des résultats de l’enquête de Prévision macroéconomique édition 2016, le jeudi 16 mars 2017 à Lomé.

Cet atelier vise à partager les résultats de la quatrième édition de l’enquête de prévision macroéconomique. Il se veut aussi être un cadre d’actualisation des données de 2015, de collecte des données pour l’année 2016 et de prévisions pour l’année 2017. Ces données sont collectées, à des fins d’analyse et de prévision conjoncturelles auprès de 226 entreprises choisies dans la base de données de l’Office Togolais des Recettes (OTR).

Pour M. Keteglo Anumu Edem, Chef division prévision au ministère de l’économie et des finances, il faut soutenir l’investissement qui est un puissant moteur de croissance. Les entreprises ont énumérés plusieurs contraintes à savoir les charges fiscales, la concurrence déloyale et le contexte économique morose. Or le l’Etat a besoin des charges fiscales pour payer ses dépenses. Alors des réflexions sont faites dans ce sens pour permettre aux entreprises d’exister tout en contribuant au développement économique.  En 2016 plus de six milles emplois ont été crées par les entreprises donc faut encourager l’investissement qui a connu un hausse de 6.7% la même année.

Représentant le Ministre de l’Economie et des Finances, le Secrétaire Général dudit ministère, M. Badawassou Gnaro en ouvrant les travaux de l’atelier a déclaré que les informations recueillies à travers cette enquête ont permis de déceler les difficultés que connait le secteur privé dans la création de la richesse. Par cette étude, nous pouvons donc anticiper leurs conséquences et permettre au gouvernement de prendre des mesures stratégiques appropriés afin de hisser l’économie togolaise sur le sentier de la croissance pour un développement durable et inclusif.

Cet atelier a vu la présence de la représentante du PNUD en la personne de Madame Ginette Mondougou Camara économiste principal au PNUD et de plusieurs chefs d’entreprises.