La Banque Mondiale à organisée une visioconférence le mercredi 19 avril 2017 de Dakar au Sénégal dans le cadre du rebondissement de la croissance économique de l’Afrique subsaharienne en 2017.

Selon Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la banque mondiale, cette région de l’Afrique qui a enregistré en 2016 son plus bas niveau depuis plus de deux décennie, montre des signes de reprise et la croissance qui devrait y atteindre 2,6 % en 2017. Il ressort du même rapport que la croissance économique globale de l’Afrique devrait passer à 3,2 en 2018 et à 3,5 en 2019.

Néanmoins des efforts restent à faire. C’est l’exemple du domaine des infrastructures, de l’énergie où seulement 35 % de la population Africaine a accès à l’électricité.

Selon l’économiste en chef de la Banque Mondiale pour la région Afrique, Albert Zeufack, alors que les pays procèdent  à des ajustements budgétaires, l’on doit protéger les conditions propices à l’investissement afin que les pays d’Afrique  subsaharienne connaissent une reprise forte.

Ce Rapport de la Banque Mondiale appelle à la mise en œuvre urgente de réformes visant à améliorer les institutions, facteurs de la croissance du secteur privé, à développer les marchés financiers locaux, améliorer les infrastructures et renforcer la mobilisation des ressources intérieures.