Les députés togolais, réunis en plénière le mardi 30 novembre 2017 au palais des congrès de Lomé, siège de l’institution, ont voté le projet de la loi de finances rectificative, gestion 2017.

Le vote de cette loi de finances rectificative, ouvre la voie à l’étude de la loi de finances, portant budget général de l’Etat, exercice 2018, dont les travaux en commission commenceront incessamment.

En rappeler, les raisons rendant nécessaire le vote de la loi de finance rectificative, sont : la conjoncture économique défavorable dans la sous-région ouest-Africaine, qui impacte négativement notre économie; la situation sociopolitique nationale qui a un impact négatif sur l’activité économique; la satisfaction des nouveaux besoins sociaux liés notamment à la fonction enseignant; l’accord triennal conclu avec le Fonds  monétaire international (FMI) et le Togo, le 5 mai 2017.

Le recours à la loi de finance rectificatif s’équilibre en dépenses et en recettes à 1421,2 milliards de francs CFA traduit la volonté manifeste du gouvernement Togolais, de satisfaire des besoins sociaux spécifiques, par exemples ceux attachés à la fonction enseignante ainsi que d’autres priorité liées à la crise que traverse notre pays.

S’agissant de ce dernier point, le Président de l’Assemblé National, Dama Dramani, a saisi l’occasion pour lancer à toutes les filles et fils de notre pays, un appel à tourner le dos, dans un sursaut patriotique, à la surenchère politique afin de prendre part, de bonne foi, au dialogue initié par le Chef de l’Etat.