Le projet «DO NO HARM»,  mouvement de la société civile pour la promotion de la paix durable au Togo, a été officiellement lancé le samedi 3 mars 2018 à Lomé, au cours d’une conférence de presse organisée par la coalition de quatre (04) organisations de la société civile (le Conseil National de la Jeunesse CNJ, le Conseil des Jeunes pour le Développement CJD, la Diplomatie Non Gouvernementale DNG, l’Union des ONG du Togo UONGTO), et l’Université de Lomé.

«DO NO HARM», regroupe des associations, des ONG, des syndicats, des regroupements de jeunes, des mouvements d’étudiants, des médias, organisation religieuses, celles féminines et communautaires et des chefs traditionnels en vue de d’agir pour développer des comportements fondés sur les principes du vivre ensemble au Togo.

Le mouvement «DO NO HARM», qui veut dire « ne pas nuire autrui», vise à contribuer au changement des comportements, attitudes et langages empreints de violence portants de conflits dangereux, au cours des revendications socioprofessionnelles, sociopolitiques, sur les lieux de travail, dans les établissements scolaires et universitaires, centres de santés, bref les lieux publics et les cellules familiales, pour un meilleur vivre ensemble et une paix durable au Togo.

Il sera question d’amener les groupes cibles à comprendre, adopter et pratiquer les principes du «DO NO HARM», à tout moment et en tout lieux, a indique M. Gabriel BATAWILA, président du conseil d’Administration de l’UONGTO, promoteur du mouvement. Il s’agira aussi d’améliorer les capacités locales de mobilisation, d’élaboration et évaluation des réponses aux différentes causes de l’incivisme et de la violence, a-t-il ajouté.

Les actions de ce mouvement de la société civile pour la promotion de la paix durable au Togo, répondent à l’ODD 16 et la Politique Nationale de Formation Civique et d’Education à la Citoyenneté élaborée par le gouvernement togolais sur la période 2014-2018.

Comme plan d’actions, le mouvement compte jouer sur onze (11) composantes dont entre autres : Négociation et intermédiation sociale, information et formation, communication pour le changement de comportement, plaidoyer à tous les niveaux…et promotion des revues annuelles sur les indicateurs de la paix locale.

Le 1er et 2e Vice-Président de de l’Université de Lomé, respectivement, Professeur Komlan BATAWILA et Mme Kafui Kpégba, étaient présents à cette cérémonie de lancement.