Le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières à organisé l’atelier national de validation du document d’évaluation initiale de la convention de Minamata sur le Mercure les 17 et 18 juillet 2018 au siège dudit ministère à Lomé.

Le document d’évaluation initiale de la convention de Minamata sur le Mercure sera soumis à validation par les acteurs en charge des questions d’environnement et de santé durant deux jours pour se prononcer sur la pertinence du contenu et apporter leurs contributions pour son amélioration.

Plusieurs études ont été menées en vue de réduire et éliminer, si possible, l’utilisation et les flux de mercure afin de protéger l’environnement et la santé humaine des effets néfastes du mercure. Le document soumis à validation constitue le rapport final de toutes ces études réalisées. Il présente les actions de sensibilisation déjà effectuées ou à entreprendre ; expose les impacts sur l’environnement ainsi que les priorités d’actions retenues avec leurs plans d’interventions respectifs.

Pour M. MEBA Toï Pagnibam, point focal de la Convention de Minamata, cet atelier va plancher sur un instrument de planification élaboré avec l’appui du Fond Mondial pour l’Environnement. Aussi aura à relever les différents défis, obstacles, problèmes et différentes sources d’émission afin de programmer des activités dans le future pour pouvoir mettre en œuvre efficacement la convention de Minamata sur le mercure.

L’accord de Minamata est un accord multilatéral en matière d’environnement dont l’objectif est de protéger l’environnement contre les émissions et pollutions liées à l’utilisation du mercure, étant donné que le mercure est un métal lourd, toxique et polluant.

Les travaux dudit atelier ont été ouverts par le Docteur MONKOUNA Lardja, conseiller technique au Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières.