Le chef de l’État nigérian, Son excellence monsieur Muhammadu Buhari, a été élu à la tête de la Conférence des chefs d’Etats et de gouvernements de la CEDEAO pour un mandat de un an. Son homologue du Togo, Son excellence monsieur, Faure Essozimna Gnassingbé lui a passé la main à l’issu des travaux du 53ème  sommet de cette organisation régionale tenu le 31juillet 2018 dans la capitale togolaise, Lomé.

Le président Buhari devra, en plus des nouvelles initiatives qu’il aura à prendre pour le développement de la CEDEAO, poursuivre les grands chantiers engagés par ses prédécesseurs.

L’un de ces chantiers est la lutte contre l’insécurité, surtout celle liée au groupe terroriste boko Haram. Les problèmes de l’immigration ne seront pas des restes. Le nouveau patron de la CEDEAO devra aussi œuvrer pour que la question de l’intégration et de libre circulation des personnes et des biens soit une réalité dans la région.

M. Bohari veillera aussi pour la mise en oeuvre des différentes recommandations du  premier sommet conjoint CEDEAO-CEEAC tenu à Lomé le lundi 30 juillet 2018.

La conférence des chefs d’États et de gouvernements de la CEDEAO a pris plusieurs décisions face aux différents problématiques dans la région, en Afrique, et intercontinentales.

Pour la situation socio-politique au Togo, la conférence a examiné le rapport présenté par les deux Facilitateurs, leurs Excellences Monsieur Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDA, Président de la République du Ghana et le Professeur Alpha CONDE de la Guinée.

Elle encourage le gouvernement à poursuivre les mesures de confiance et d’apaisement en accélérant les procédures judiciaires. La conférence, par ailleurs exhorte le gouvernement a procéder entre autres à la révision intégrale du fichier électoral en vue de l’organisation, le 20 décembre 2018, des élections législatives..

Sur le plan régional, les chefs d’Etats et de gouvernements ont décidé entre autres, d’accélérer les projets et programmes régionaux, les processus d’harmonisation du cadre de la future monnaie commune de la CEDEAO, et de prendre des initiatives pour faciliter la libre circulation dans l’espace.

Les chefs d’États et gouvernements réaffirment l’importance de la paix, la sécurité, et la stabilité dans l’espace CEDEAO, gagent du développement harmonieux. Ils réitèrent leur condamnation des attaques terroristes dans la région et expriment leur solidarité aux pays affectés.

Sur le plan intercontinental, le somment, entre autres, lance un appel aux partenaires européens visant à plus de flexibilité sur la question des ACP notamment, sur le calendrier de la mise en œuvre des ACP intérimaires.

Le chef de l’État sorti, M. Faure Gnassingbé, félicitant  l’élection de son successeur, M.  Muhammadu Buhari, à la tête de l’organisation, lui a  réitéré le soutien des autres pays membres.

Dans son discours d’acceptation, le Chef de l’État nigérian, pour sa part, s’est félicité de la confiance placée en son pays en le portant à la tête de l’organisation, surtout, face aux  défis de l’heure.

La conférence a félicité l’engagement du président sorti, Faure Gnassingbé, pour l’intégration régionale et pour le leadership dont il a fait preuve durant le mandat du Togo à la tête de la CEDEAO.

Le rendez-vous du 54ème sommet de la conférence des chefs d’États et gouvernements de la CEDEAO est pris pour le 22 décembre 2018 à Abuja au Nigeria.