La Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA), a organisé le vendredi 7 septembre 2018 à Lomé, une réunion de travail.

Cette rencontre a permis de porter sur fonds baptismaux le cadre de dialogue et de concertation sur la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées au Togo. C’est aussi le lieu de fédérer les énergies pour lutter efficacement contre la corruption, une calamité mondiale qui ruine les économies des pays.

A la fin des travaux, une charte sera signée et un comité sera mis en place pour la gestion du cadre de concertation et de dialogue.

Les travaux ont été ouverts par le Directeur de Cabinet du Ministère en charge de la Justice, M. Innocent EGBETOGNON, qui a rappelé la volonté du Togo de combattre le fléau de la corruption par la mise en place de réformes enfin d’assainir des dépenses publiques et de renforcement du cadre juridique institutionnel. Il a exhorté tous les acteurs intervenant dans la lutte contre la corruption à jouer leur partition puisque l’Etat seul ne peut pas gagner la guerre contre la corruption.

La rencontre s’est déroulée en présence de M. Essohana WIYAO, Président de HAPLUCIA, et des partenaires techniques et financiers dont le PNUD et l’Union Européenne.

La corruption est un comportement pénalement répréhensible par lequel une personne (le corrompu) sollicite, agrée ou accepte un don, une offre ou une promesse, des présents ou des avantages quelconques en vue d’accomplir, de retarder ou d’omettre d’accomplir un acte entrant d’une façon directe ou indirecte dans le cadre de ses fonctions. Ainsi dans le monde entier la corruption a un coût global qui varie entre 1.5 et 2 milliards de dollars par an soit 10 fois l’Aide publique au développement selon les institutions de Bretton Woods.