La Coordination nationale du projet de soutien à la Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) au Togo, a démarré une série d’ateliers le 09 octobre 2018 dans les régions du Togo.

Ce sont des ateliers d’analyse des impacts potentiels des options stratégiques retenues dans la version 1 de la stratégie nationale REDD+.

La dernière étape de ces ateliers, celui de Lomé-commune, a eu lieu le jeudi 18 octobre 2018 au relais de la caisse. C’était à l’endroit des membres des groupes thématiques sectoriels REDD+ et des organisations de la société civile. Les travaux de la rencontre ont été ouverts par le secrétaire général du Ministère de l’environnement et des ressources forestière, M Sama Boundjouw.

Les différents ateliers ont pour objectif global d’analyser les impacts potentiels des différents options stratégiques contenues dans la version 1 de la Strartégie nation REDD+.

Les participants ont parcouru les différentes options retenues dans la première version de la stratégie nationale REDD+ en vue de corriger les impacts négatifs sur l’environnement et sur l’homme.

Il s’est agi, selon le coordonnateur national de REDD+, M. Hemou ASSIH, de recueillir les appréciations des parties prenantes en vue d’améliorer les options stratégiques en fonction des enjeux environnementaux et sociaux associées aux tendances actuelles d’utilisation des terres et de la gestion forestière.

Pour intégrer les considérations environnementales et sociale  dans le processus de préparation de la REDD+, le Togo a  entrepris une Evaluation environnementale sociale stratégique (EESS). Elle permet d’identifier les impacts négatifs ou positifs d’une initiative stratégique et de trouver des mesures d’atténuation des impacts négatifs et d’optimiser des impacts positifs.