Un séminaire de plaidoyer sur l’intégration de la prévention des risques biotechnologiques dans les politiques et plans sectoriels au Togo, a réuni le jeudi 25 octobre 2018 à Lomé, des différents acteurs nationaux impliqués dans la mise en œuvre du protocole de Cartagena.

La rencontre organisée par le ministère de l’environnement et des ressources forestières du Togo, a permis d’échanger avec les participants sur leurs rôles et responsabilités dans la mise en œuvre du protocole de Cartagena, relatif aux contours de la problématique de la biosécurité.

Les participants à cette réunion ont suivi entre autres, le point sur les biotechnologies modernes ; l’état des lieux de mise en œuvre du protocole de Cartagena dans le monde, en Afrique et au Togo ; et les enjeux liés à la biosécurité et les technologies émergentes notamment celle dénommée « Gene drive » en cours de développement dans la sous-région.

Le plan d’action nation, rôles et responsabilité des institutions impliquées dans la gestion de la biosécurité, ont été également présentés à cette rencontre.

Depuis l’avènement des biotechnologies modernes, le Togo, comme d’autres pays de l’Afrique signataire dudit protocole, n’a ménagé aucun effort pour construire un système national de biosécurité pour répondre à ses obligations vis-à-vis du Protocole de Cartagena sur la biosécurité.

Les travaux de cette rencontre d’une journée ont été ouverts par le Directeur de cabinet du ministère de l’environnement et des ressources forestières du Togo, M. Kodjo Kudadze.