L’Université de Lomé organise du 27 au 28 novembre 2018 à Lomé, en collaboration avec West African Virus Epidemiology (WAVE), un atelier d’élaboration du plan d’action national de lutte contre les maladies virales du manioc pour une sécurité alimentaire durable.

L’objectif est de freiner la progression de la maladie « striure brune » du manioc vers l’Afrique de l’Ouest et empêcher sa propagation dans la sous-région.

Le projet WAVE-UL vise à établir un état des lieux des viroses du manioc et les objectifs du plan national d’actions contre les maladies virales, mettre en place une structure opérationnelle d’urgence, déterminer les mesures phytosanitaires, évaluer le coût du plan d’action tenant compte des ressources humaines, matérielles et financières à mobiliser et mettre en place un système de suivi évaluation pour la mise en œuvre du plan d’action national.

Selon le Directeur national du projet, M. Djodji K. Adjata, l’atelier va mettre en place comme l’exige le programme régional WAVE un système de veille et d’alerte précoce et un plan de riposte.

Pour le Directeur de l’Ecole Supérieur d’Agronomie (ESA) de l’Université de Lomé, l’agronomie regorge de toutes les expertises nécessaires qui leurs permettront déjà d’abréger, et donc précipiter la chute sinon la disparition définitive de ces ennemies de la production du manioc c’est-à-dire ces pathologies d’ordre virale.

Cette rencontre a été présidée par le 1er vice-président de l’Université de Lomé, Professeur Komlan BATAWILA.