Le Ministre de l’Eau, de l’Équipement Rural et de l’Hydraulique Villageoise, M. Antoine Lékpa GBEGBENI, en prélude à la célébration le 22 mars de la journée mondiale de l’eau, a adressé un message à la population togolaise. Voici l’intégralité du message.

« Ce vendredi 22 mars 2019, il est célébré dans le monde entier la journée mondiale de l’eau instituée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1992.

L’objectif fondamental de cette journée est de sensibiliser tous les acteurs sur les enjeux cruciaux liés à l’eau. Dans cette optique, les décideurs et usagers s’accordent à mener des actions concrètes pouvant contribuer à la préservation de la ressource en eau et à l’amélioration de l’accès des populations à l’eau potable et aux conditions adéquates d’assainissement, dans un contexte général de dérèglement climatique.

Cette année, Le thème retenu par les Nations Unies dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau est : « Ne laisser personne de côté ».

L’objectif poursuivi à travers ce thème est que le droit à l’eau soit reconnu par le monde entier pour tout un chacun, sans distinction de catégorie sociale, de sexe, de race, d’appartenance ethnique, de religion ou de quelque autre critère.

Il s’agit donc de permettre aux milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à une eau saine et à un assainissement adéquat et aux groupes cibles à savoir les femmes, les enfants, les réfugiés, les personnes handicapées et beaucoup d’autres souvent négligés ou faisant l’objet de discrimination de pouvoir enfin satisfaire ces besoins essentiels de la vie.

Au Togo, la problématique de l’eau a été toujours au cœur des préoccupations du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE. Sous sa houlette, le gouvernement togolais a entrepris des actions concrètes visant à améliorer les conditions de vie des populations, notamment en matière d’accès à l’eau potable et aux services adéquats d’assainissement. Le mandat social en cours traduit bien le souci permanent du Chef de L’État de faire de notre pays une référence où le droit fondamental du citoyen à disposer de l’eau potable en quantité suffisante est une réalité.

Ainsi, grâce aux efforts soutenus du gouvernement, le taux de desserte national en eau est passé de 42% en 2005 à plus de 54% aujourd’hui. Et dans le cadre du Plan National de Développement que vient de lancer le Chef de L’État, l’objectif est de porter ce taux à 68% d’ici 2022 et surtout de mettre l’accent sur les populations défavorisées.

Pour ce faire, de grands chantiers sont ouverts sur toute l’étendue du territoire national, dont nous pouvons citer quelques-uns :

  • le projet d’hydraulique villageoise BID 3 dans les régions des
    Plateaux et Maritime,
  • le projet eau et assainissement pour l’atteinte des objectifs de
    développement pour le millénaire (PEA-OMD),
  • le Programme d’Urgence de Développement Communautaire
    (PUDC),
  • le projet d’eau et assainissement BID-UEMOA,
  • le programme puits et forages pour le développement de
    l’Afrique financé par le Fonds Saoudien de Développement,
  • les accords   de   financement   avec   des   partenaires   en
    développement et des bailleurs de fonds tels que l’Agence
    Française de Développement, l’Union européenne, la BOAD,
    le Fonds Koweïtien, le Groupe RIMON, le groupe chinois CTCE,….

Déjà en 2018, grâce au Chef de l’État, nous avons pu réhabiliter plus de 1.500 forages en panne sur toute l’étendue du territoire à travers le Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV).

Sur instruction du Chef de l’État, mon département vient également de lancer une vaste campagne de recensement des forages et des mini-adductions d’eau potable sur toute l’étendue du territoire national, ainsi que l’identification des localités du pays non couvertes en eau. Les informations ainsi collectées devraient permettre de donner une réponse efficace aux attentes exprimées dans le domaine de l’eau au cours des années à venir.

La mise en œuvre tant attendue du Code de l’Eau devrait enfin favoriser la réorganisation en profondeur du secteur de l’eau pour le mettre véritablement au service du développement du pays et favoriser l’émergence d’une « culture de l’eau », gage de la pérennité des ressources en eau et de la préservation de l’environnement au Togo.

En cette journée mondiale de l’eau 2019, je voudrais appeler la population togolaise dans son ensemble à avoir un regard nouveau sur les questions liées à l’eau et l’assainissement d’une part et sur la protection de l’environnement d’autre part. Car la dégradation de l’environnement et le changement climatique figurent parmi les facteurs qui peuvent toucher de manière disproportionnée les groupes marginalisés en raison de leurs répercussions sur les ressources en eau.

Je saisis cette opportunité pour saluer, au nom du gouvernement togolais, les appuis multiples et multiformes des partenaires techniques et financiers, du secteur privé, des Organisations Non Gouvernementales et de la Société civile qui œuvrent dans le domaine de l’eau et de l’assainissement au Togo. Je compte sur leur soutien permanent pour relever les nouveaux défis dans le secteur.

Je souhaite, à toutes et à tous, une bonne célébration de la journée mondiale de l’eau 2019 dont l’apothéose a lieu ce vendredi 22 mars 2019.

Je vous remercie. »