Le Women In Law and Developpement in Africa-Afrique de l’Ouest (WILDAF-AO) et l’Association Togolaise pour le Bien-Etre Familial (ATBEF) ont procédé au lancement du projet « Prévenir les violences sexistes et les violations des droits sexuels et reproductifs des adolescentes pour réduire les grossesses précoces au Togo », le mardi 11 juin 2019 à Lomé.

Ce projet, financé par le Centre de Recherches pour le Développement International du Canada (CRDI), compte développer, tester et valider un modèle intégré de lutte et de prévention des grossesses précoces qui intègre les violences basées sur le genre et contribue à la réalisation de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescents.

La Représentante du Cadre Collaboratif du projet, Mme KPELLY Essi Catherine en lançant les travaux, a mis l’accent sur l’ampleur des grossesses chez les adolescents en milieu scolaire et extrascolaire et qui constitue un problème d’ordre social, susceptible de devenir une entrave à l’émergence du Togo. Pour ce faire, ce phénomène mérite une attention particulière en vue d’un changement de comportement, d’où la réalisation de ce projet, a-t-elle ajouté.

Pour Mme ADJAMAGBO-JOHNSON Kafui Brigitte, Représentante de WILDAF-Togo, la situation des adolescentes interpelle le réseau de droit des femmes en lien avec le développement à s’engager et poser le pas pour la réduction des violences sexistes et violation des droits sexuels et reproductifs des adolescentes.                                             

Le projet espère ainsi documenter les facteurs explicatifs des grossesses des adolescentes pour déterminer dans quelles mesures les réponses multiformes pour prévenir et pour lutter contre les grossesses précoces, peuvent intégrer la Multiplicité des facteurs et conséquences des Violences Basées sur le Genre (VBG), a-t-elle signifié.

Les travaux de démarrage du projet se tiennent du 11 au 13 juin 2019 à la paroisse universitaire Agora Senghor de Lomé. Les acteurs dudit projet, prévu pour une durée de 36 mois, ont par conséquent porté leur choix sur les préfectures de Kloto et Ogou pour sa mise en œuvre effective.