Un atelier de formation á l’endroit des dirigeants (jeunes et femmes) d’entreprise du secteur privé sur la Convention  des nations unies contre la corruption (CNUCC) et son mécanisme  d’examen,  se tient du 09 au 12 juillet à Lomé.

La rencontre, organisée par de l’Union des ONG du Togo (UONGTO), se situe dans la mise en œuvre de son projet intitulé  « Action de lutte contre la corruption par la vulgarisation, la sensibilisation et l’institutionnalisation  (ALCOVUS) de la Convention des Nations unies contre la corruption  (CNUCC) et son mécanisme d’examen».

Cette session de quatre (04) jours vise à renforcer la capacité des participants à la lutte contre la corruption dans le processus de passation de marchés publics et services publics à travers l’appropriation et l’application de la CNUCC et son mécanisme  d’examen.

Les séminaristes devraient au bout de la formation être capables de décrire cette convention et son mécanisme d’examen,dénoncer les cas concrets de corruption dans la passation des marchés publics et délégation des services publics et inciter les dirigeants ciblés à opérer un changement d’attitude et de comportement face à ce fléau qui constitue un frein pour le développement, la paix et la sécurité. 

Plusieurs  communications sont au programme de la rencontre, notamment la présentation de la CNUCC, dispositif de lutte contre la corruption au Togo, plaidoyer sur les questions spécifiques : la commande publics et le rôle des organisations de la société civile dans la mise en œuvre de cette convention.

Ce projet est financé par l’Office des  nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Selon l’office plus de 2,6 milliards de dollars sont perdus chaque année sous l’effet de la corruption et près de 100 millions de dollars  d’évasion  fiscal est observée chaque année.

Des points focaux de lutte contre la corruption seront mise en place dans les 15 entreprises ciblées par le projet à l’issu de la session de formation.

Les travaux  de l’atelier ont été ouverts  par M.  Arouna Lardja, membre  de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA), représentant du président de cette institution. Le secrétaire général de l’UONGTO, Francis K. Akpa à participé à l’ouverture de travaux