Le gouvernement Togolais en collaboration avec le Centre Régional des Nations Unies pour le désarmement en Afrique (UNREC) à travers la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la circulation et le trafic illicites des Armes Légères et de petit calibre (CNLPAL) a organisé un atelier de formation sur les techniques de marquage des armes, d’enregistrement des données et de gestion physique de stocks. La formation s’est tenue  du 08 au 12 juillet à Lomé.

La rencontre s’inscrit dans une approche marquée par la solidarité, le partage d’expériences et la complémentarité, adoptée par tous les partenaires tant nationaux qu’internationaux engagés dans la lutte contre la criminalité en générale et la prolifération, la circulation et le trafic illicites des armes légères, en particulier. Au cours des cinq (05) jours, les formateurs et apprenants, tous appartenant aux forces armées togolaises se sont attelés pour atteindre aux objectifs fixés par cet atelier de formation à savoir : former les agents sur les aspects liés à la Sécurité Physique et de stocks d’armes et munitions ; renforcer les capacités techniques et opérationnelles des différents agents par rapport aux procédures internationales en matière de contrôle et de gestion de l’armement ; former les agents sur les techniques de marquage et de l’enregistrement des données.

Pour le Président de la CNLPAL, Koudouovoh Têko Mawuli, en clôturant la rencontre s’est félicité de la réussite de cette formation. Il a remarqué que le monde entier subit les effets néfastes de la criminalité transnationale entretenu notamment, par le terrorisme, la prolifération des armes légères et de petit calibre. Ce fléau freine les efforts de développement et de paix dans nos états, ne peut être maîtrisé par une synergie d’action a- t-il conclu.

A cette rencontre financée par l’Etat  Japonais, étaient présent le directeur de d’ UNREC-Togo , Anselme Nahmtante Yabouri et le vice-président de CNLPAL, El Hadj Bouraïma Inoussa.