Les travaux de la troisième conférence régionale du Projet régional d’électrification hors réseau (ROGEP) sont clos le vendredi 19 juillet 2019 à Lomé, sur une note de satisfaction des participants.

Ils sont environs 600 participants, au rang desquels, des  experts et partenaires techniques et financiers, venus des 15 pays de la CEDEAO ainsi que le Tchad, le Cameroun,  la Mauritanie et la République centrafricaine, à prendre part à ce rendez-vous de Lomé, pour le lancement officiel du projet ROGEP. Occasion pour ces derniers de faire des recommandations et suggestions, du point de vue méthodologie, impact et vision du projet sur les différents pays et les populations.  

Pour accompagner ce projet, la Banque mondiale, l’un des partenaires financiers, a déjà signé (en mars dernier) un partenariat de financement avec le CEREEC (Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la CEDEAO) pour sa mise en œuvre. La Banque ouest africaine de développement (BOAD) va bientôt emboiter le pas grâce à sa coopération avec la Banque le Fonds pour les technologies propres (FTP).

La troisième conférence régionale du Projet régional d’électrification hors réseau (ROGEP) a duré deux (02) jours et est placée sous le thème «Renforcement des partenariats pour une promotion accélérée des systèmes solaires autonomes en Afrique de l’ouest et dans la région du Sahel». 

Le projet régional d’électrification hors réseau (ROGEP), comprend deux (02) composantes à savoir : la composante 1 consiste à développer un marché régional par des activités d’assistance technique et améliorer l’écosystème du marché hors réseau et la composante 2 va faciliter l’accès au financement pour les entreprises de système solaires autonomes.

Le gouvernement togolais, pour sa part, a déjà mis en place, une  stratégie nationale d’électrification contenue dans son Plan national de développement (2018-2022), qui table sur un taux de pénétration de 50% à l’horizon 2020 et 75% en 2025. Ceci, bien sûr, à travers beaucoup plus, la promotion des énergies renouvelables.

Le ROGEP cible essentiellement les populations rurales. A terme, il va aider à atteindre les objectifs de la CEDEAO en matière d’énergies renouvelables pour 2020 et 2030, à savoir augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique global de la région à 10% en 2020 et 19% en 2030 et par extension aux quatre autres pays.

Les travaux ont été clos par le Dr Tchapo Akassewa SINGO, directeur des énergies renouvelables et efficacité énergétique au ministre des mines et des énergies du Togo, représentant son ministre de tutelle.  Le directeur exécutif du CEREEC, M. Mahama Kappiah, était présent à la cérémonie de clôture.