L’observatoire droits humains et VIH a rendu  public le vendredi 6 mars 2020 à Lomé, son rapport 2019 sur les actes de discrimination et de stigmatisation des personnes vivants avec le VIH (PVVIH) au Togo.  Selon les chiffres, 70 % de cas de discrimination des personnes vivant avec le VIH enregistrées par l’observatoire concernant les femmes. Il faut aussi relever que les plaintes pour stigmatisation et discrimination  ont baissé entre 2018 et 2019.

Le premier mars est célébrée la journée  « zéro discrimination » instaurée depuis 2014 par la communauté internationale. Au Togo, l’observatoire des droits humains et VIH fait le lien entre la discrimination envers les femmes vivant avec le VIH et la célébration de cette journée. L’observatoire a choisi comme thème de l’année pour la présentation de son rapport « Zéro discrimination  envers les femmes et filles».  

La journée zéro discrimination offre à l’ONU sida, l’occasion de rappeler l’égalité de toutes les personnes en matière de dignité et de valeur, consacrées dans la déclaration universelle des droits de l’homme.

ONU sida appelle à agir pour modifier les lois et les pratiques discriminatoires, qui constituent un obstacle d’envergure à l’accès, à la santé et d’autres services.