Le forum togolais de la société civile pour le développement  (FTSCD) a organisé une conférence-débat le vendredi 10 juillet 2020 à Lomé, en prélude à la célébration de la journée africaine de prévention et de lutte contre la corruption commémorée chaque 11 juillet.

La rencontre placée sous le thème «Obligation des hautes personnalités, fonctionnaires et agents publics face à la loi organique n° 2020-003 fixant les conditions de déclaration des biens et avoirs» au Togo, a été organisée dans le cadre des activités  de promotion de bonne gouvernance du FTSCD, à l’endroit des organisations de la société civile et des médias.   

Selon le Directeur exécutif du FTSCD, Kérime PLE, la rencontre visait à informer la population à travers les médias, des dispositions de cette loi sur la déclaration des biens et avoirs au Togo.  Il s’agit de sensibiliser les populations à l’existence, aux causes et à la gravité de la corruption.

La loi organique n° 2020-003 fixant les conditions de déclaration des biens et avoirs au Togo, prévue à l’article 145 de la Constitution du 14 octobre 1992, a été votée par l’Assemblée nationale et promulguée par le Président de la république. Cette loi a pour but de renforcer la bonne gouvernance, de promouvoir la transparence dans l’exercice des fonctions et charges publiques et de garantir l’intégrité des serviteurs de l’Etat.

La Convention de l’Union africaine contre la corruption a été adoptée le 11 juillet 2003 à Maputo (Mozambique) par le Conseil exécutif de l’Union. Elle engage les Etats africains à favoriser de manière active la participation de la société civile à la prévention et la lutte contre la corruption.

Les travaux de la conférence-débat ont été ouverts par M Yaovi  SEGBADAN, directeur des affaires administratives et financières au Ministère de la justice du Togo.