Une signature d’accord de financement en faveur de la Banque d’investissement et de développement de la Cédéao (BIDC) s’est déroulée au siège de l’institution, le mardi 28 juillet 2020 à Lomé.

Par cette cérémonie, l’Agence française de développement (AFD) mettra sur dix (10) ans, à la disposition de la BIDC, une ligne de financement de 50 millions d’euros (près de 33 Milliards de FCFA).

Cette enveloppe devrait accompagner la relance économique dans les 08 pays membre de l’UEMOA, durement impactée par la crise sanitaire, la Covid-19.

L’accord a été signé entre Mme Mareva Matar, directrice adjointe de l’AFD au Togo, et M. Georges Agyekum Nana Donkor, le président de la BIDC.  

Par cette convention de financement, les deux institutions entendent promouvoir une intégration économique et financière plus aboutie dans la sous-région ouest-africaine.

Pour Mme Mareva Matar, directrice adjointe de l’AFD au Togo, dans ce contexte de Covid-19, “le positionnement des institutions financières régionales de développement, au premier rang desquelles la BIDC, doit être renforcé afin de constituer des instruments au service de l’intégration régionale et de la transition vers des modèles économiques plus durables et résilients”.

Cette cérémonie vise à contribuer au financement d’investissement  de relance économique alignée avec l’Agenda 2030 sur le développement durable au bénéfice des Etats membres et des opérateurs économiques de la CEDEAO.  Cet accord de financement signé, non seulement, pour appuyer la  BIDC dans la déclinaison de son plan stratégique, mais aussi pour financer une transition économique durable dans l’espace CEDEAO.

Selon M. Georges Agyekum Nana DONKOR, président BIDC,  l’octroi de cette facilité à la banque intervient en cette période de pandémie de la Covid-19, qui a entrainé une pénurie de liquidités sans précédent et une réduction significative des activités d’investissement et de financement. Les partenaires dont l’AFD, ont trouvé la BIDC crédible pour établir avec elle un partenariat afin d’accélérer le programme de développement de l’Afrique, a-t-il ajouté.  

Cette signature permettra sans doute, à ces deux institutions de coopérer et de développer un soutien dans plusieurs domaines clés et émergents du monde des affaires.

Cet appui financier, par ailleurs, est accompagné d’une subvention d’assistance technique de 0,4 millions d’euros  environ 263 millions de FCFA  permettra de soutenir la BIDC  dans sa démarche de renforcement de capacités, à travers des activités prioritaires pour la mise en œuvre de son plan stratégique  et pour le développement d’une approche de finance responsable.

La Banque d’investissement et de développement de la Cédéao (BIDC)  tire ses ressources de financement des membres régionaux de la CEDEAO, des membres non régionaux et des institutions de financement du développement bien intentionnées comme l’AFD.